Il reste la poussière de Sandrine Colette

Il reste la poussièreIl reste la poussière

Editions DeNoël

Partenariat

302 pages

Où l’acheter ? 

Patagonie. Dans la steppe balayée de vents glacés, un tout petit garçon est poursuivi par trois cavaliers. Rattrapé, lancé de l’un à l’autre dans une course folle, il est jeté dans un buisson d’épineux.
Cet enfant, c’est Rafael, et les bourreaux sont ses frères aînés. Leur mère ne dit rien, murée dans un silence hostile depuis cette terrible nuit où leur ivrogne de père l’a frappée une fois de trop. Elle mène ses fils et son élevage d’une main inflexible, écrasant ses garçons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien.
Dans ce monde qui meurt, où les petits élevages sont remplacés par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille?

Dans un premier temps, je remercie les éditions DeNoël pou l’envoie de ce roman. J’ai été ravie de le découvrir. Malheureusement, ce ne fut pas la lecture attendue. En effet, bien que le résumé soit alléchant.

Je m’étais dis que suivre le jeune Rafael dans cette famille assez atypique, qui vit dans la steppe de Patagonie. Je pensais que le fait qu’il y ait pleins de secrets aurait créer d’énormes tensions, du moins plus de tensions qu’il n’y en a. Or ma lecture fut bien longue car il y a trop de « descriptions » de la famille, des habitudes, de la vie en générale. Cela créer une lenteur qui a été assez horrible pour moi. Bon, par contre, ces moments servent à l’histoire et à créer une certaine atmosphère à l’histoire et nous plonge dans l’univers qu’à souhaiter l’auteur.

J’ai, par contre, bien aimé les dernières cent pages où tout s’accélère et où la tension augmente. Là j’ai été plongé dedans. Après j’ai beaucoup aimé le personnage de Rafael, plus que les autres. C’est un personnage qui est attendrissant notamment les passages assez spéciaux où ils se fait brutaliser. Je pense que l’auteur a fait que l’on s’attache à un personnage en particulier. Et je trouve que c’est normal dans un roman thriller ou drame.

Je vais m’arrêter là pour ne pas trop dire de choses sur l’histoire en elle même et ce qu’il se passe (pas de spoiler). Mais c’est donc une demi déception à cause de la lenteur. Je pense que c’est un roman qui satisfera le plus grand nombre et notamment ceux qui aiment s’évader en se donnant un peu de frisson.

moyen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s