La fille du froid de Rupert Thomson

La fille du froidLa fille du froid

Editions DeNoël

Traducteur : Sophie Aslanides

Partenariat

371 pages

Où l’acheter? 

Katherine Carlyle naît à la fin des années 1980 grâce à une fécondation in vitro. L’embryon a été congelé durant huit ans, avant d’être implanté dans le ventre de sa mère. Katherine grandit dans une famille aisée et aimante. Pourtant, les réminiscences de ces huit années restent profondément ancrées en elle.  Lorsque sa mère meurt d’un cancer, Katherine a dix-neuf ans et se retrouve isolée avec un père de plus en plus distant. Fantasque et libre d’esprit, elle semble toutefois mener une vie légère et séduisante, pleine de possibilités. Pourtant, quelques semaines avant d’entrer à l’université d’Oxford, Katherine disparaît sans un mot. Elle se lance alors dans un étrange voyage au bout du monde, se dirigeant toujours plus vers le froid. Katherine compte ainsi mettre à l’épreuve l’amour paternel, faire le deuil de sa mère et s’émanciper enfin.

Je remercie les éditions DeNoël pour l’envoi de ce roman. Bon malheureusement ce n’est pas la lecture espérée.

Au début, j’ai eu du mal à rentrer dans le roman. Je ne comprenais pas où en venait l’auteur. Mais petit à petit on comprend et on entre dans l’histoire. On suit Katherine, une jeune femme, qui décide de tout quitter sans que l’on sache vraiment pourquoi. Enfin, on sait qu’elle est la recherche d’un froid qui l’habite depuis toujours. Cela nous est expliqué dès le début, car ça viendrait du fait qu’elle est issue d’une fécondation in vitro. Par contre, sa fuite semble la détacher de tout et elle ne s’inquiète absolument pas des conséquences que cela engendre.

Notre protagoniste fait plusieurs rencontres au fil du roman. Ces personnages ne nous sont pas indifférents car ils vont influencer la vie de Katherine. Cependant, on ne sait que peu de choses sur notre héroïne, ce qui contrebalance avec ces personnages annexes.

Par contre, pour moi, il y a un vrai bémol : la construction du roman. Je ne suis absolument pas fan des romans où les chapitres sont très long et c’est le cas ici. En plus, les chapitres sont répartis dans trois grandes parties et cela à causer ma perte. Je trouvais le temps long car je ne me voyais pas avancer dans le roman.

En bref, ce n’est pas un livre que j’ai fortement aimé de par la construction du roman et par le fait que j’ai été perdu. Par contre, pour ceux qui aiment, c’est un roman qui est comme un voyage initiatique mais qui n’a pas opéré de charme avec moi.

très moyen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s