Néant de Mickaël Parisi

neant

Titre : Néant

Auteur : Mickaël Parisi

Edition : Autoédité

Pages : 321

Où l’acheter?

Marlon est un jeune homme aux pensées suicidaires et anarchistes. Afin de quitter ce quotidien et ce monde qui ne lui convient pas, il ne trouve rien de mieux à faire que de rejoindre une organisation secrète lui permettant de se faire passer pour mort auprès de la société. Après avoir assisté à son propre enterrement, Marlon devra effectuer plusieurs tâches pour son organisation afin d’obtenir une somme d’argent suffisante pour recommencer une nouvelle vie ailleurs. Mais tout ne se passera pas comme prévu. Le seul espoir pour Marlon de s’en sortir semble être un détective privé sociopathe, alcoolique, obsédé sexuel et atteint de la maladie de Diogène. Comment Marlon va-t-il pouvoir s’en sortir sans laisser de plumes ?
Néant est un livre nerveux, antisocial, violent et critique. Ecrit avant les attentats du 13 Novembre 2015, il relate les racines de la barbarie, ou comment des personnes innocentes se retrouvent embrigadées dans des organisations qui les poussent à commettre des attentats. Néant est une grosse claque dans la gueule du SYSTÈME.

Dans un premier temps, je remercie l’auteur de m’avoir fait partager son roman. Malheureusement, je ne suis pas emballée par ce roman, et donc j’ai un avis mitigé.

D’un côté, j’ai bien apprécié certains aspects du personnage de Marlon, qui est un peu comme beaucoup de monde, trop peureux pour vivre mais aussi pour mourir. L’envie de mettre fin à ses jours est là, cependant il ne veut pas souffrir pour cela. En bref, c’est un personnage qui résume plutôt bien la complexité de l’ Homme. Mais pour cette envie de « mort », Marlon décide de se faire disparaitre de la surface de la Terre. Pour cela, il fait croire à sa mort grâce à une société secrète. Or, c’est comme vendre son âme au diable.

Cependant, Marlon est personnage, bien que je l’apprécie par certains côtés, que je qualifierais tout de même d’antipathique. Je n’ai pas su l’apprécié entièrement (uniquement lorsqu’on en apprend plus sur lui). Je le trouve égoïste, ignoble et quelque peu égocentrique. A des moments, tout ce que l’on souhaite, c’est lui mettre deux paires de claques.

Par contre, ce qui m’a le plus choqué dans ce roman, c’est la vulgarité qui est extrêmement présente. Bien sur, ce roman s’adresse à un public bien ciblée (soit pas les plus jeunes) mais je trouve exagéré cette omniprésence de la vulgarité. De plus, j’ai eu le sentiment que cela empêché la fluidité de la lecture. Pour moi c’est le gros point faible du roman.

Au final, ce roman n’est pas à couler au contraire. Il permet la critique de manière forte et détaillé de notre société actuelle, et du système plus généralement. C’est ce côté qui est pour moi le gros point fort du roman. Malheureusement, il entaché par le langage utilisé, bien qu’il faut l’avouer c’est un langage qui devient assez courant. Bien sur en lisant ce roman, il faut absolument garder l’esprit ouvert et je pense que c’est ce qui m’a permi de lire le roman dans son entièreté.

moyen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s