L’homme du Transsibérien de Stéphane Boudy

images

Edition : Gunten

Pages : 142

Genre : Autobiographie, Voyage

Lien Amazon

Stéphane Boudy nous a enlevés sur le quai de notre vie qui passe, pour nous emmener avec lui dans le Transsibérien. La force de son écriture nous a happés et transportés par-delà le temps et l’espace. L’Asie, le passé, le présent puis le passé, le présent, l’Asie, … Morceaux de vie que nous lui abandonnons ou lui prenons, avec la seule certitude que nous ne reviendrons pas intacts. Ce voyage intérieur et extérieur nous chamboule. Malgré les codes « comme des pactes » que nous a donnés Stéphane, au départ, le Transsibérien « bringuebale la vérité et la tendresse » sur des rails inexorablement parallèles aux autres. En dehors ou en plein coeur d’autres paysages, d’autres pays, nous ne nous éloignons jamais (assez) de la mort…
Au hasard des rencontres, un photographe dont « les yeux avaient l’allure d’une plaque vierge, telle la pellicule » et surtout un auteur qui chausse des « lunettes sociologiques » car même s’il sen défend, elles lui vont plutôt bien… lorsqu’au travers d’elles, il déplore « notre lourdeur, notre façon d’insister à se connaître, reconnaître ».
Autant dire à quel point ce roman de Stéphane Boudy transcende, transgresse, transmet, sans transfuge… Transsibérien oblige !

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur pour l’envoie de son roman et pour la confiance qu’il m’a accordé. Ce fut une lecture ma foi bien sympathique, bien qu’il sorte de ma zone de confort.

Ce n’est pas un livre qui se lit en cinq minutes mais que l’on savoure, petit à petit. Il est nécessaire de faire des pauses dans la lecture pour digérer toutes les informations que l’auteur partage.

Grâce à la lecture, on voyage dans le Transsibérien, on se sent à la place de l’auteur, personne privilégiée qui fait l’expérience de ce train assez mythique. L’auteur, interpelle le lecteur grâce aux différentes idées qu’il possède et développe. Ces idées sont d’ordre sociologique, politique ou encore économique (entre autre). On découvre que c’est l’un des pouvoirs du transsibérien, pouvoir faire ressortir, révéler ce qu’a chacun d’entre nous au fond de soi. Est-ce pour cela qu’il l’a déjà pris neuf fois.

Au travers le fil de pensées, on découvre une plume particulière assez poétique, qui allie barbarisme et esprit choquant. L’auteur use de sarcasme ce qui ponctue le récit et donne un certain rythme. C’est pour moi un livre de vie, qui parle de la vie et qui fait réfléchir sans se prendre la tête.

bonne lecture

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s