Bébé Boum Tome 2 de Josée Bournival

couv16342711

Pages : 560

Genre : Chick-Lit

Lien Amazon

Après une grossesse en montagnes russes, Lili tient enfin Léonard dans ses bras. Elle est convaincue que le congé de maternité qui débute sera l’occasion de reprendre le contrôle de sa vie. Douze mois de calme plat, quoi…
Esther ne sait pas qui est le père de son fils et redoute de connaître la vérité à ce sujet. Elle devra tenir son amant à distance et éviter d’éveiller les soupçons de son mari.
Pour Frédérique, c’est la vie à trois qui s’impose au quotidien. Apprendre à être mère en même temps qu’à être en couple est un défi de taille pour cette célibataire endurcie. Difficile de savourer une lune de miel avec un bébé dans les pattes.
Quant à Jeannine, la présence des jumeaux vient bousculer la vie paisible qu’elle a patiemment bâtie avec Gerry. Un double boum qui ne sera pas sans conséquences.
Quatre femmes, quatre congés de maternité, quatre histoires fort différentes, autant de bébés boums. Quatre trames qui s’entremêlent pour tisser une foule de situations savoureuses et de rebondissements incessants. Quatre personnages irrésistibles que vous aurez envie d’adopter… avec leur progéniture !

Un second tome « explosif » qui nous entraîne dans les joies et méandres de la maternité.

Dans ce tome 2, nous retrouvons nos quatre protagonistes, quatre femmes qui sont deux nouvelles jeunes mamans. Toutes les quatre n’ont pas vécu leur accouchement et la suite que cela engendre de la même manière. On va donc suivre leur vie de mère poule, dépressive, de jumeaux ou de couple. Cela fut fort intéressant d’avoir le point de vue de chacune car, on peut s’identifier à l’une ou l’autre ou même à toutes. Bref, l’auteur nous offre une vision assez juste de la vie de maman. De plus, chacune a sa propre vision de la maternité et de l’éducation qu’elle souhaite donné à son/ses enfants. Il n’y a pas dans ce roman de propagande pour une éducation, une vision particulière, ce qui fait que ce roman est universel et peut toucher le plus de femmes.

Bon, les papas ne sont pas en reste car, ici, leur caractère et personnages sont beaucoup plus développé et présent. On comprend les difficultés de chacun à trouver sa place dans ce nouvel équilibre. C’est ce qui rend d’autant plus ce roman universel. Homme ou femme, tout le monde peut le lire, tant est que l’on soit un minimum intéressé par le sujet, ce qui est assez rare je trouve dans les livres dits « chick-lit ».

Comme dit précédemment, tout les sujets sont abordés dans la relation entre la mère et le bébé mais l’auteur nous partage aussi les doutes que les mères peuvent avoir à travers ses personnages : la paternité du père présumé, la découverte de l’Amour, les soucis de Baby Blues …. Mais cela est quelque peu entacher par les caractères énervants de certains personnages qui peuvent être trop agaçants ou je-sais-tout, à l’instar de Jeanine.

Par contre, c’est un roman traduit du français québécois et certains mots ou expressions persistent dans le récit, cela n’est absolument pas dérangeant car l’ensemble est compréhensible. Et je dirais même plus, au contraire, cela donne du piquant et un certain dépaysement lors de la lecture.

bonne lecture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s