Les glaneuses de temps de Patrick Ferrer

cover-212

Autoédité

25 Mai 2016

194 pages

Fantastique ; Conte

Lien Amazon

Une jeune détective se lance sur les traces d’un tueur en série dans les brumes de l’Angleterre victorienne. Une princesse africaine doit affronter le désert et la montagne de la déesse-serpent pour réclamer son héritage. L’île tropicale féérique où ses parents l’ont emmenée n’est peut-être pas aussi inoffensive que Sybille pourrait le croire. Aux portes de la Cité des ombres, une jeune indienne apprend la danse du vent pour se protéger des esprits malins. La vie n’est pas simple quand on est une zomb’ adolescente dans un monde d’humains sans pitié. Un étudiant en Archéologie égyptienne fait une découverte bouleversante sur le quai déserté d’une petite gare anglaise…

Un grand merci à l’auteur de m’avoir accordé sa confiance pour lire son recueil de nouvelles que j’ai adoré.

Six nouvelles composent ce recueil, elles sont toutes de thèmes plus ou moins divers. Je vais vous en dire deux mots pour chaque. Et voilà :

  • Près du lac de Vermaudit : Cette nouvelle ce lit très rapidement et nous emporte dans un univers avec deux personnages que l’on découvre petit à petit jusqu’à la chute. Bon par contre la chute est assez prévisible.
  • Sables de Méroé : L’univers que présente cette nouvelle est assez inhabituel avec des personnages très travaillés. Cependant la chute est poétique et porte la réflexion sur le monde.
  • La porte bleue : Cette nouvelle est assez dystopique et offre une réflexion sur la vie et notre système de consommation. Par contre j’ai eu un peu de mal avec la chute sans savoir réellement pourquoi c’est pas grave mais je ne l’ai pas forcément apprécié dans l’ensemble (je parle de la chute).
  • La cité des ombres : C’est la nouvelle la plus longue avec des personnages plutôt atypiques voir même intrigants. Mais à nouveau j’ai eu du mal avec la chute, j’ai eu du mal à la comprendre. C’est peut être que moi, si vous lisez ce recueil dites moi si vous avez compris cette nouvelle.
  • Safari : A nouveau, une nouvelle dystopique mais avec des créatures qui s’apparentent à des zombies. Mais je l’ai trouvé extrêmement courte. Ce n’est pas un mauvais point.
  • Les glaneuses de temps : Comme on le comprend, c’est la nouvelle qui a donné le titre au recueil. C’est une nouvelle fantastique avec des personnages intéressant . Cette fois-ci la chute est simple et belle voire même poétique à l’instar de toute la nouvelle. L’auteur axe son écrit sur les émotions. C’est la nouvelle qui m’a le plus plu.

Au final, j’ai bien aimé dans l’ensemble ce recueil  grâce à la plume de l’auteur qui montre une qualité d’écriture alliant émotions et éclectisme. Je vous invite fortement à découvrir la plume de Patrick Ferrer.

bonne-lecture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s